Licenciement abusif : le barème Macron validé par la Cour de cassation

PARTAGER

Le 11 mai 2022, la chambre sociale de la Cour de cassation s’est prononcée pour la première fois sur la validité et l’application du barème d’indemnisation du licenciement sans cause réelle et sérieuse, communément appelé « barème Macron », mettant ainsi fin à plusieurs années d’insécurité juridique.

Pour rappel, l’ordonnance du 22 septembre 2017 a instauré, à l’article L. 1235-3 du Code du travail, un barème qui détermine l’indemnité que doit verser l’employeur à un salarié lorsqu’il le licenciement est jugé sans cause réelle et sérieuse. Ce barème fixe un niveau d’indemnisation du salarié dont le montant, fixé en termes de mois de salaire, est soumise à un plancher et un plafond variant en fonction de son ancienneté.

En 2018, le Conseil constitutionnel a déclaré ce barème conforme à la Constitution.

Certains juges du fond ont cependant cru pouvoir écarter l’application du barème sur le fondement de son absence de compatibilité avec les textes internationaux, et ont accordé des montants supérieurs aux plafonds qu’il fixe, estimant que ces derniers n’assurent pas une réparation adéquate. (par exemple : Cons. prud’h. Troyes 13-12-2018 n° 18/00036 : RJS 2/19 n° 89 ; Paris 22-11-2018 n° 18/00964 : RJS 5/19 n° 290 ; Amiens 19-12-2018 n° 18/00040 : RJS 3/19 n° 155 ; Lyon 21-12-2018 n° 18/01238 : RJS 3/19 n° 155 ; Grenoble 18-1-2019 n° 18/00989 : RJS 3/19 n° 155 ; Montpellier 17-5-2019 n° 18/00152)

Cette divergence d’interprétation avait persisté malgré l’avis rendu par la Cour de cassation réunie en formation plénière, qui, reconnaissant un effet direct à l’article 10 de la Convention 158 de l’OIT, a conclu à la compatibilité du barème avec ce dernier texte (Avis Cass. 17-7-2019 n° 19-70.010 : RJS 11/19 n° 563).

Par deux arrêts du 11 mai 2022 publiés au bulletin et au rapport, la chambre sociale de la Cour de cassation consacre ainsi la validité du barème dit « Macron » et énonce, dans son communiqué :

  • Le barème d’indemnisation du salarié licencié sans cause réelle et sérieuse n’est pas contraire à l’article 10 de la convention n°158 de l’Organisation internationale du travail.
  • Le juge français ne peut écarter, même au cas par cas, l’application du barème au regard de cette convention internationale.
  • La loi française ne peut faire l’objet d’un contrôle de conformité à l’article 24 de la Charte sociale européenne, qui n’est pas d’effet direct.

Cette prise de position très attendue a donc vocation à faire autorité et constitue ainsi l’épilogue d’une saga judiciaire qui a divisé la doctrine durant plusieurs années.

Sources : Cass. soc. 11-5-2022 n° 21-15.247 FP-BR, Sté FSM c/ O. ; Cass. soc. 11-5-2022 n° 21-14.490 FP-BR 

Inscrivez-vous à notre newsletter